ERE

La tactique de Dieu!

OU, comment Dieu nous délivre en nous faisant passer par des chemins étranges
Prédication du 12 juin 2016 - ERE de Toulouse - Pasteur Pascal Gonzalez.

    « En ce temps-là naquit Moïse ; il était beau aux yeux de Dieu et il fut élevé pendant trois mois dans la maison de son père. Quand il fut exposé, la fille du Pharaon le recueillit et le fit élever comme son fils. Moïse fut instruit dans toute la science des égyptiens. Il était puissant en paroles et en oeuvres ». Ac 7,20-22

 

« C'est par la foi que Moïse, à sa naissance, fut caché pendant trois mois par ses parents, parce qu'ils voyaient que c'était un bel enfant, et ils ne se laissèrent pas effrayer par l'édit du roi ». Hb 11,23

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la tactique du diable. C'est le titre d'un très bon livre de C.S. Lewis qui raconte comment le diable se déguise en ange de lumière. Un livre qui nous montre que le diable se cache et nous tend des pièges. Ce matin nous voulons plutôt nous attarder sur la tactique de Dieu. Je dois d'ailleurs dire que j'ai vu Dieu agir cette semaine et qu'il m'a semblé reconnaître sa tactique lorsque Giovanni (un des jeunes footballeurs américains qui est avec nous ce matin) a donné son témoignage devant les jeunes du stage de foot hier. Nous allons parler de Moïse et nous allons voir, que dans son histoire, se révèle une partie de la tactitque de Dieu. Nous reviendrons à Giovanni plus tard !

Moïse
C'est un épisode troublé et troublant de l'histoire d'Israël. Alors que Joseph était devenu quasiment le premier ministre de l'Egypte et que les relations entre les égyptiens et les hébreux semblaient être au beau fixe, tout devient difficile en quelques années. Le nouveau pharaon voit d'un mauvais œil ce peuple d'Israël devenir nombreux. Ces étrangers deviennent une menace pour lui et son peuple ! Ils ont plus d'enfants que les égyptiens et pourraient un jour se retourner contre eux. D'autant qu'ils ont des coutumes et des croyances différentes …

Comment ne pas penser aux réactions que nous avons parfois devant ces étrangers qui semblent nous menacer et qui sont différents de nous ? Ils sont venus avec notre bénédiction puis ils finissent par nous faire peur ? Ils deviennent aussi rapidement les boucs émissaires de nos sociétés. Peut-être que l'Egypte était dans une période de crise et qu'il fallait bien trouver un reponsable ...

Le pharaon décide alors de les faire travailler au point de les épuiser. Il se dit qu'il les tiendra ainsi sous son autorité. Mais rien n'y fait ! Les hébreux continuent de se multiplier et le pharaon va passer à autre chose. Il va faire assassiner les bébés hébreux. Tous les garçons hébreux qui naîtront devront être mis à mort. Vous connaissez peut-être la suite de l'histoire. Vous l'avez vu en film, ou lu dans des livres (pour enfants ou pour adultes). Le petit Moïse va être sauvé des eaux.

Etre beaux aux yeux de Dieu !
Lorsque ses parents le voient pour la première fois, ils le trouvent beau ! Vous avez d'ailleurs peut-être entendu que la traduction anglaise parlait d'un enfant qui n'était pas « ordinaire ». Nos bibles françaises parlent de la « beauté » de Moïse. Heureusement que nous avons aussi lu ce matin, ce texte, dans l'épître aux hébreux, où il est dit, que c'est parce que Moïse était beau aux yeux de Dieu, qu'il a été sauvé et qu'il est devenu lui-même un sauveur. Vous comprenez bien qu'il ne s'agit pas de dire que ce sont ceux qui sont beaux physiquement qui sont aimés de Dieu et sauvés. Sinon nous serions quelques uns à devoir nous faire du souci ! Les parents de Moïse le trouvent beau ? Nous aurions envie de dire que c'est ce que tout le monde pense en voyant son enfant. Je ne connais pas beaucoup de papas qui disent, en voyant leur fils pour la première fois « Il est pas terrible, mais je l'aime quand même » ! Moïse était beau aux yeux de Dieu et ses parents ont senti qu'ils ne devaient pas obéir aux ordres du pharaon mais tout faire pour sauver cet enfant. Ils l'ont caché pendant quelques temps et puis il a fallu trouver une solution. Il fallait un miracle !

Dans la maison de l'ennemi !
Or le miracle ne sera pas aussi impressionnant que lorsque la mer s'ouvre devant le peuple d'Israël (et se referme sur Pharaon et son armée). Le miracle c'est que l'enfant, abandonné dans une corbeille, sur le bord du Nil (et surveillé par sa sœur) va être adopté par la fille de Pharaon. Est-ce que nous comprenons ce que cela veut dire ?! C'est Pharaon, celui qui s'inquiétait de la force des hébreux, qui va élever, dans sa propre maison, celui qui va devenir le libérateur des hébreux ! Voilà la tactique de Dieu ! Il sauve un enfant et le place dans le foyer de l'opresseur. Un enfant qui va grandir avec une double culture. Un enfant qui connaîtra parfaitement le monde égyptien et sa sagesse. Un enfant qui ne cesse d'être préparé par son Dieu pour la mission qui lui a été réservée.

La formation n'est pas terminée
Mais lorsque Moïse devient grand il ne comprend pas que sa formation n'est pas terminé. Il voit un soldat égyptien frapper un esclave hébreu et il intervient violemment. Moïse a sûrement pensé qu'il tenait là, l'occasion d'user de son pouvoir. Dieu l'avait placé là pour faire justice et tuer cet égyptien. Et Moïse devra fuir. Sa formation n'est pas terminée. Il faut maintenant vivre au désert et connaître la rudesse de ces lieux. Il faut connaître l'amour et rencontrer Dieu. C'est en effet au désert que Dieu va se révéler à Moïse, dans ce célèbre épisode du buisson ardent.

Où en sommes-nous aujourd'hui ? Et reconnaissons-nous la tactique de Dieu dans ce qui nous arrive ? Sommes-nous au milieu des tueries alors que les soldats égyptiens viennent assassiner nos enfants ? Comment imaginer que Dieu est en train d'agir au milieu de ces drames ? Sommes dans la maison de Pharaon, troublés de ne pas avoir une vie comme les autres, avec une double culture ? Sommes-nous au désert (en train de regretter peut-être les repas de l'Egypte) ? Ou bien sommes-nous devant le buisson ardent ? Dieu est en train de parler à notre cœur et il veut nous envoyer en mission. Qu'allons-nous dire ?

Comprendre les plans de Dieu … et les accepter !
Il est parfois difficile de comprendre la tactique de Dieu. Il est difficile de réaliser que Dieu est en train d'accomplir ses plans alors que nous rencontrons des épreuves ! Mais ce n'est pas plus facile lorsque Dieu se révèle à nous et nous livre ses plans … En effet, lorsque cela arrive, nous avons souvent du mal à nous plier à sa volonté ! Les textes bibliques qui sont les plus difficiles ne sont pas toujours ce que nous ne comprenons pas bien. Ce sont parfois les textes que nous comprenons bien mais auxquels nous ne voulons pas obéir ! Lorsque Dieu dit à Moïse qu'il va être le libérateur et qu'il va retourner vers le pharaon, le moins qu'on puisse dire, c'est que Moïse n'est pas convaincu ! Il ne veut pas de cette mission ! Il ne se sent pas capable ! Il a oublié qu'il a été préparé par Dieu pendant toutes ses années ! Dieu va insister. Il va rassurer Moïse et finalement le convaincre. Et nous ?

Saurons-nous attendre ?
Ce que Dieu fait est parfois étrange. Il place donc le libérateur d'Israël dans le foyer de Pharaon. Est-ce vraiment la méthode que nous aurions choisi si nous avions été à la place de Dieu ? Aurions-nous imaginé un plan si « tordu » ? Evidemment nous ne pouvons pas nous mettre à la place de Dieu. C'est pourtant ce que nous faisons régulièrement lorsque nous reprochons à Dieu ses méthodes. Dieu choisit de sauver Moïse par l'intermédiaire de la fille du Pharaon. Et il donne à Moïse la sagesse et la science des égyptiens. Que pensons-nous aujourd'hui de nos ennemis ? Sommes-nous prêts à grandir dans la science et la sagesse de nos ennemis ? Sommes-nous prêts à patienter, comme Moïse, en attendant le temps de Dieu ? Accepterons-nous de comprendre ceux qui nous persécutent au lieu de les considérer comme des monstres ? Voilà certainement la première leçon que nous recevons en découvrant la tactique de Dieu. Notre bon Père nous demande parfois d'être patient et d'accepter de vivre dans la maison de l'ennemi. Pendant ce temps particulier il nous protège et il nous forme. Ce que nous apprendrons pendant cette période particulière de notre vie ne sera pas perdu.

Saurons-nous voir ?
Ce que Dieu fait est aussi très souvent invisible ou, au minimum, très discret. Lorsque Moïse grandit dans la maison de Pharaon, les hébreux ne se doutent pas que Dieu a déjà gagné la bataille et que la dynamite est déjà logée dans la forteresse de Pharaon. Lorsque Jésus nait sur terre, les humains ne se doutaient pas que Dieu avait déjà gagné la bataille et que la dynamite était déjç logée dans la forteresse de Satan. Lorsque Jésus meurt sur la croix, les disciples (et leurs contemporains) ont di mal à comprendre la tactique de Dieu ! Encore aujourd'hui certains ont du mal à comprendre la tactique de Dieu qui choisit de se révéler par ses enfants, faibles et fragiles. Et nous sommes un peu dans la même situation que Moïse. Préparés par Dieu puis envoyés par Lui, nous ne sommes pas l'Eglise triomphante que certains voudraient. Nous sommes encore ce peuple confiant malgré les difficultés, confiants malgré les chemins étranges et douloureux par lesquels Dieu nous fait passer. Comme la délivrance du peuple d'Israël a mis du temps à venir, malgré l'entrée de Moïse à la cour royale, la victoire définitive sur le mal met, elle aussi, du temps à venir. Jésus est ressuscité et il est assis à la droite du Père mais Satan continue d'agir (et de rugir). Nous sommes confiants parce que nous avons compris que Dieu a une tactique surprenante mais efficace et parce que nous avons compris qu'il nous mène à la victoire finale. Il sait ce qu'il fait.

Giovanni
Voilà la tactique de Dieu. Hier Giovanni (le jeune footballeur de l'AIA**) expliquait aux stagiaires qu'il aimait le foot. Il expliquait aussi qu'il lui était arrivé quelque chose de terrible qui arrive parfois aux footballeurs. Giovanni s'est blessé gravement au genou. Et comme ce n'est pas la première fois, Giovanni n'est pas sûr de pouvoir vraiment rejouer un jour. Pourtant Giovanni a expliqué qu'il faisait confiance à Dieu. Il ne comprenait pas ce qui lui arrivait mais il était maintenant en paix et il savait que ce que Dieu déciderait serait le meilleur pour lui. Nous espérons que vous êtes, vous aussi, remplis de confiance et de paix. La tactique de Dieu va continuer de nous surprendre mais ne soyons pas inquiets. Dieu sait ce qu'il fait et il est bon pour ses enfants. C'est la honte de la croix que Dieu a choisi pour nous sauver. Ce sont nos faiblesses et nos douleurs qu'il choisit parfois pour manifester sa gloire mais toutes choses finiront par concourir au bien de ceux qui aiment Dieu ! C'est la tactique de Dieu !

__________

* Cette prédication a été traduite en anglais pendant le culte. Elle est inspirée d'une prédication donnée en 1946 par le pasteur Charles Brutsch.

**AIA c'est l'équivalent de l'association « Sport et Foi » aux USA. Deux équipes de foot sont venus pendant 10 jours pour jouer des matchs contre des équipes françaises et témoigner de leur foi. Dimanche 12 juin l'équipe masculine était présente au culte. Samedi 11 juin, elle a animé un stage de foot sur le terrain de la Grande Plaine (et Giovanni a donné son témoignage).

Le temps est compté ou la parabole de Sophie la girafe

  • Par eret
  • Le 24/03/2016

Le temps est compté ou la parabole de Sophie la girafe

Le thème de notre week-end jeunesse était le suivant : la course contre la montre (ou, « Le temps est compté » !). Et la vidéo que nous venons de voir nous a montré un jeune homme qui a remis à plus tard quelque chose d'essentiel. Il a repoussé ce moment où il devait parler de Jésus à son père … et son père est mort avant qu'il ne puisse lui en parler. C'est terrible ! Mais ce n'est pas ce qui me surprend le plus dans cette vidéo. Il y a autre chose d'incroyable dans cette vidéo. Vous l'avez sûrement noté ! Cet homme dort avec Sophie la girafe. Voilà un célibataire d'une trentaine d'années qui dort avec ce jouet pour enfant ! Dans la vidéo d'ailleurs, il s'allonge dessus le jouet (qui produit ce son caractéristique que nous connaissons tous) et se réveille.

Nous voulons donc vous parler ce matin de Sophie la girafe et de ce sentiment que nous avons parfois d'être dans l'urgence. Dans la première partie du culte, Léa nous a parlé de cette décision que nous devons prendre quant à la priorité de nos actions. Si cet homme avait vraiment décidé que le plus important, dans sa journée, était d'aller voir son père pour lui parler de Jésus, il n'aurait pas accepté de déplacer ce rendez-vous, pour aller finalement jouer au golf avec son ami … Pourquoi ne l'a-t-il pas fait ? Pourquoi remettons-nous souvent à plus tard des choses importantes, pour finalement même ne pas les faire du tout ?

C'est aujourd'hui le jour du salut !

Revenons maintenant au texte que nous venons de lire (2 Co 5,11-6,2) et dans lequel l'apôtre Paul parle lui aussi d'une urgence. Paul le dit clairement : « C'est aujourd'hui le jour du salut » ! Ce n'est pas demain ni après demain ! Aujourd'hui ! Paul utilise aussi, dans le même passage, les mots « persuader » et « supplier » et nous comprenons que le temps nous est compté. Il y a une urgence.

Nous constatons pourtant que bien souvent nous ne cherchons pas à persuader et nous ne supplions pas vraiment ceux qui nous entourent (de se réconcilier avec Dieu). Hier, avec les jeunes, nous avons même parlé de cette difficulté que nous avons de simplement parler de Dieu aux autres. Avant même de penser à persuader ou à supplier, il faudrait que nous osions parler de Dieu … et trop souvent nous n'osons pas ! Nous avons peur qu'on se moque de nous. Nous avons peur que le regard des autres change et que nos relations changent. Nous avons peur de faire quelque chose d'interdit parce que nous comprenons que dans notre société, il y aussi des règles qui font que certains adultes n'ont pas le droit de parler de Dieu sur leur lieu de travail … Alors comment faire ?

Et qu'est-ce que cela veut dire d'affirmer que le temps est compté ?

Avons-nous reçu le trésor de Dieu ?

La première des questions que nous devons nous poser, c'est de savoir si nous avons reçu le trésor de Dieu dans nos vies. Dans le passage que nous avons lu, Paul explique que ceux qui ont cru en Jésus sont devenus de nouvelles créatures. Il explique ensuite que leur regard sur les autres a changé. Ils ne regardent plus ceux qui les entourent de façon humaine. Un peu plus tôt, dans sa lettre, Paul explique que les chrétiens sont des vases d'argile qui portent un trésor. En disant cela Paul nous rappelle que nous sommes fragiles mais que nous portons le trésor de Dieu. Or cette affirmation nous permet de poser la première question (qui est de loin la plus importante des questions) : avons-nous reçu ce trésor ? Autrement dit « Sommes-nous sauvés ? ». Avons-nous reçu l'Esprit de Dieu en nous ? Sommes-nous chrétiens ? Je ne sais pas ce que vous répondriez si on vous posait cette question (aujourd'hui!) mais je suppose que certains ne sauraient pas trop quoi répondre, notamment parmi les jeunes. « Je ne sais pas », « je crois que oui », « je ne suis pas sûre » … Pourtant c'est un peu comme si on posait la question à des adultes et qu'on leur demande s'ils sont mariés. Ils ne peuvent pas répondre « Je ne sais pas » ou « je ne suis pas sûr » ni même « peut-être ». C'est oui ou non. Et la question peut donc être posée ainsi : « Etes-vous mariés avec Dieu ? ». Est-ce que vous avez pris un engagement avec Dieu ? Un engagement privé et public, qui a peut-être coïncidé avec votre baptême ou votre confirmation et qui fait de vous un enfant de Dieu ? Si c'est le cas, vous portez maintenant le trésor de Dieu. Comme le dit Paul, vous dégagez alors un parfum qui vient de Dieu et ce parfum est une odeur de vie pour certains et une odeur de mort pour d'autres ! C'est incroyable mais vrai. Certains vont être attirés par vos paroles et votre comportement et ils vont même se tourner vers Dieu. Certains vous voient vivre et vous envient. Le parfum que vous dégagez est pour eux un parfum de vie. Tandis que pour d'autres, vos paroles et votre comportement sont insupportables. Si vous leur parlez de Dieu ils ne voudront même plus vous adresser la parole. Ils vont rejetter vos arguments et ils vont même vous rejeter vous. Le parfum que vous dégagez est un parfum de mort … C'est le même parfum mais il ne produit pas toujours le même effet. Cela ne doit pas nous surprendre puisque Paul nous avertit. Il ajoute aussi que nous reflétons la gloire de Dieu. Cela nous dépasse complètement mais si nous nous sommes (d'une certaine façon) « mariés avec Dieu », alors nous reflétons la gloire de Dieu.

Des disciples qui aiment Sophie la girafe !

Pourtant nous sommes vraiment des vases d'argile. Nous sommes fragiles. Nous remettons souvent les choses importantes à plus tard. Nous n'osons pas toujours parler de Dieu à nos amis et nous n'avons parfois pas trop envie de lire la Bible … D'ailleurs, si les corinthiens reflétaient vraiment la grâce de Dieu (et l'apôtre Paul n'en doute pas), ils étaient aussi des chrétiens fragiles et remplis d'erreurs. Au point que Paul ne cesse de les reprendre et de les corriger. Ils ont l'Esprit de Dieu en eux mais ils ont oublié Sophie la girafe ! Nous y voilà ! Il ne suffit pas d'être converti et de recevoir le salut. Il ne suffit pas d'être réconcilié avec Dieu. Il faut être un disciple. A la fin de la vidéo, il y a cette parole de Jésus qui se trouve dans l'Evangile de Matthieu : « Allez et faites de toutes les nations des disciples ». Dieu ne nous demande pas d'être sauvés et de nous arrêter de vivre. Il nous montre que nous sommes appelés à grandir en connaissance, en sagesse et en amour. Il ne nous demande pas non plus de simplement aider les autres à se convertir. Il nous demande d'être tous des disciples de Christ. Lorsque, dans la vidéo que nous avons vu, ce jeune homme n'arrive pas à parler avec son père de Jésus, nous pouvons penser que c'est parce qu'il s'est un peu laissé allé dans sa relation de disciple … Il a manqué de sagesse et il ne s'est pas mis à l'écoute de Dieu. Il n'a pas su saisir l'urgence de la situation.

Dites « C'est grâce à Dieu » !

Or le début de la sagesse c'est la crainte de l'Eternel (c'est ce qui est écrit dans le livre des Proverbes), le respect que nous lui devons. Ce respect, nous pourrons le manifester dans les grandes comme dans les petites choses. Prenons un exemple. Lorsque quelqu'un nous fait un compliment qu'allons-nous répondre ? Simplement « merci » ? Mais alors nous perdrons une occasion de parler de Dieu et de lui rendre ce qu'il lui appartient ! Tout ce que nous faisons de beau et de bien vient de lui. Les musiciens ont bien joué ce matin ? Nous allons les féliciter ? Nous espérons qu'ils sauront répondre « Mais c'est grâce à Dieu » ! Le pasteur a bien prêché aujourd'hui ? Nous allons le féliciter et le remercier ? Nous espérons qu'il saura répondre « Mais c'est grâce à Dieu ». Lorsque vos amis, vos proches, vos collègues de travail vous féliciteront, pensez à répondre par cette expression : « C'est grâce à Dieu ». En le faisant vous reconnaitrez que c'est Dieu qui vous donne la force d'accomplir des exploits. En le faisant vous commencerez aussi à parler de Dieu aux autres et vous susciterez les réactions et les questions. Et petit à petit vous saurez aussi persuader et supplier ceux qui vous entourent. En effet nous l'avons entendu dans cette lettre de Paul, alors que nous avons même du mal à parler de Dieu, Paul nous montre que nous sommes même appelés à convaincre les autres et à les supplier. Or depuis combien de temps n'avons-nous pas supplié quelqu'un ? A part nos parents pour qu'ils nous achètent le dernier iphone, ou nos enfants pour qu'ils arrêtent de se disputer et pour qu'ils se tiennent tranquilles ? Depuis combien de temps n'avons-nous pas supplié quelqu'un de se réconcilier avec Dieu ?

Je vous en supplie !

Si nous sommes attentifs à l'enseignement des apôtres, si nous sommes de nouvelles créatures et que nous nous soucions de grandir en nous plaçant aux pieds du maître, comme des disciples, alors nous allons parfois sentir un sentiment d'urgence face à ceux qui nous entourent. Et parfois nous nous mettrons à supplier quelqu'un parce que Dieu nous aura montré que c'était le moment. Evidemment nous n'allons pas passer notre temps à supplier tous ceux que nous croisons dans la rue. Nous allons parfois discuter et chercher à convaincre, avec douceur et intelligence. Lorsque nous ne saurons pas quoi répondre, nous le dirons avec humilité, puis nous reviendrons vers ces personnes, après avoir réfléchi et nous continuerons à discuter. Parfois il faudra savoir se taire. Et d'autres fois, il faudra savoir supplier, notamment lorsque nous sentirons que quelqu'un est prêt mais qu'il n'arrive pas à se décider. Nous pourrons alors supplier cette personne de se réconcilier avec Dieu. Comme nous pourrons un jour supplier un frère ou une sœur de se réconcilier avec nous !

Que Dieu nous montre le chemin. Si nous n'avons pas encore reçu son trésor. Si nous ne nous sommes pas encore « mariés » avec lui, alors ne tardons pas à le faire. C'est aujourd'hui le jour du salut ! Et si nous l'avons fait et que nous avons l'impression que notre vie est un peu tiède et que nous ne ressemblons pas beaucoup à ces chrétiens dont parlent Paul, qui tentent de persuader ceux qui les entourent et qui n'hésitent pas non plus à les supplier, alors il nous faut peut-être revenir aux pieds de Jésus pour redevenir un disciple attentif aux paroles du maître. Lorsque nous manquons des occasions, Dieu ne nous accable pas. Lorsque nous remettons des choses importantes (et notamment le temps que nous pouvons accorder à Dieu) à plus tard, Dieu ne nous accable pas. Mais il nous montre que nous sommes en train de nous faire du mal. Nous sommes en train de mépriser sa sagesse. Offrons-lui toute notre vie. Faisons du sport pour lui, de la musique pour lui … et reconnaissons régulièrement que ce que nous faisons et accomplissons, c'est … grâce à Lui ! Et décidons de grandir dans notre connaissance, dans notre amour, dans notre sagesse … car le temps est compté et nous allons un jour comparaître devant notre Dieu. Son nom ? L'Eternel, le Dieu de l'univers (Amos 4,12). Préparons-nous donc aujourd'hui pour ne pas être surpris demain !

https://www.facebook.com/pascal.gonzalez.792/videos/1021423017904488/